COANA | Les Rencontres Economiques d’Aix en Provence
431
post-template-default,single,single-post,postid-431,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Les Rencontres Economiques d’Aix en Provence

Le cercle des économistes a été fondé par 30 universitaires en 1992. En 2001, ils ont décidé d’une grande ouverture vers l’extérieur et ont créé les Rencontres Economiques d’Aix en Provence.

 

Ces rencontres se sont développées et sont devenues le rendez-vous de réflexion et de débat incontournable du monde économique en France, autour de la conviction du cercle : « l’importance d’un débat ouvert et accessible ».

Sur la base de cette conviction, un concept innovant a pris la forme d’un forum ouvert dans lequel la parole est donnée aux étudiants pour débattre et challenger avec des économistes de France et du monde entier, chefs d’entreprise, entrepreneurs, enseignants, chercheurs….et start-ups, bien sûr !

Chaque année, une thématique est définie afin de structurer les débats autour des sujets de prospective. Cette année, le thème retenu « les métamorphoses du monde ». Pendant 3 jours, de nombreux intervenants du monde entier se sont succédés à la tribune pour exprimer et développer leur vision du présent et de l’avenir en illustrant leur propos à partir d’une analyse fine des mutations profondes du monde. Ces analyses permettant ensuite aux participants de réfléchir collectivement, d’échanger des points de vue pour mieux discerner les contours du monde qui vient. Les clés de l’innovation, la voix de l’économie, les connaissances, les comportements, les mentalités ont été abordée pour nous aider à « prendre en main notre avenir ».

Les différents intervenants et les étudiants donnent leur éclairage sur ces différentes problématiques, permettant à chacun de faire bouillonner sa créativité pour trouver son propre chemin. Du point de vue du Premier Ministre, Edouard Philippe, le défi majeur reste l’éducation et il faut « accorder la priorité à l’intelligence et aux compétences ». Pour être à la hauteur de notre époque, L’intelligence individuelle permettant de se former, associée à l’intelligence collective permettant d’échanger et d’être dans le « CO » (coopération, collectif, …) donne à chacun une incroyable efficacité. Le but étant d’être le plus compétitif et le plus attractif possible…..il a conclu que l’on pouvait être tenace, comme Ulysse, rusé, comme le renard, ou résigné….Chacun y trouvera son chemin de traverse !

Sur la thématique « disrupter pour mieux régner », Bertrand Picard a encouragé l’auditoire à abandonner le « lest » qui empêche d’avancer et à penser AUTREMENT que ce que l’on a appris ! quand à Marie Ekeland, elle nous encourage à nous questionner sur nos dépendances parce que le numérique accélère la création des monopoles ! Partager et verbaliser ce que le réel nous impacte afin de construire un destin collectif. Seule la vision peut répondre à la disruption, car elle permet de faire évoluer les business models des entreprises, sur les racines des entreprises, auxquels on ajoute les ailes de la disruption. C’est ce qu’a fait La Poste, 1ère entreprise de proximité humaine, en inventant des nouveaux moteurs de transformation. Son président, Philippe Wahl a partagé les recettes d’une transformation réussie :

-1/ Un diagnostic verbalisé et partagé avec les collaborateurs

-2/ Une vision co-construite

-3/ De l’écoute pour agir et faire de la pédagogie active

Les sujets d’orientation clients, de transformation des mobilités, du sens de l’entreprise, du bien commun, de l’écosystème, autant de sujets passionnants, furent  au cœur des débats et ont passionné l’auditoire.

Et si l’Europe était une solution ? ce sujet fut abordé brillamment par 2 grands orateurs :

Christine Lagarde, qui pense que l’Europe a une « puissance de feu »  incroyable. S’ils parlent entre eux….pour s’en convaincre, il suffit de regarder l’inquiètude de l’Irlande à l’approche du Brexit

  • Jean-Dominique Sénard, président de Michelin, qui prône un capitalisme responsable, qui permette de se prendre en main et que la stratégie c’est le « ciment des investisseurs responsables ».

Du côté international, la Chine était bien sûre présente, au même titre que l’Afrique qui suggère de revoir la Franc CFA au rythme de la mondialisation à laquelle l’Afrique n’échappe pas.

 

Côté Start-ups, un village dédié à l’innovation et aux jeunes pousses a favorisé échanges et débats d’idées.

 

Puis vint le moment de conclure avec la traditionnelle déclaration finale du cercle des économistes co-construite avec les étudiants, et présentées par Jean-Hervé Lorenzi, autour de 5 enjeux urgents auxquels il faut « essayer d’apporter des réponses novatrices et réalistes et qui qui se posent au monde d’aujourd’hui ».

pour en savoir plus rdv sur le site des Rencontres https://lesrencontreseconomiques.fr/2018/

et rdv en juillet 2019 pour la 19ème  édition

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.