COANA | Demain est déjà aujourd’hui !
425
post-template-default,single,single-post,postid-425,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Demain est déjà aujourd’hui !

De nouveaux protocoles, de nouvelles initiatives se mettent en œuvre. Finalement de nouvelles façons de travailler, peut-être même de voir le monde émergent. Voici les sujets qui ont attirés notre attention ces derniers mois, car ils améliorent les actions d’hier !
1-Décaler. Se réunir dans un lieu différent et surtout adapté pour créer de la mobilité, un sentiment de liberté, cela met chacun dans une disposition nouvelle. On s’y sent bien ! voir par exemple : www.openmindkfe.fr
Créer des surprises favorise également une mise en route stimulante. Visiter une expo avant de commencer une séance de formation ; écouter de la musique pendant 20’ ; réaliser une séance de décontraction tout cela provoque du bien être…
2-Jouer.Réaliser des ateliers créatifs qui ressemblent à un jeu, où l’on progresse ensemble, cela change la donne. On se retrouve en équipe et plus on échange, mieux on progresse. Les case studies ou jeux d’entreprises laissent la place aux escape-games.
3-Ensemble. Evidemment le co est aujourd’hui mis à toutes les sauces et on a encore des marges de progrès pour gagner en efficacité et mieux comprendre comment cela marche. Mais déjà on perçoit la richesse des associations, du collectif. Il implique de la bienveillance et du respect de l’autre. Il démontre que l’autre est d’une richesse incroyable.
4-Court. Bien naturellement, il est frustrant de ne pouvoir tout dire lors d’une présentation. Mais on sait que l’attention d’un auditoire n’est que de quelques minutes, alors, à quoi bon. Se centrer sur une idée clé qui va inciter son auditoire à aller plus loin est plus efficace. Donc les grands discours sont à interdire ! Laisser l’autre sur sa faim provoque de l’attention…
5-Reformuler. Il devient essentiel d’adapter son discours à celui à qui on s’adresse, chacun a son système de référence, ses valeurs et à rester sur son système de référence, on peine à être compris…En reformulant dans les codes de ses interlocuteurs on améliore la compréhension de nos messages…
6-Positiver. Même si cela nous agace parfois de ne pas dire notre déception, nos reproches à un tiers, on sait que l’on sera plus efficace à encourager l’autre à se dépasser en relativisant une situation discutable, car c’est ainsi que l’on progresse. Positiver, c’est s’obliger à écouter l’autre afin de trouver les points intéressants de son propos. On pourrait dire qu’en écoutant sincèrement l’autre, en gommant nos a priori, on positive, car on s’aperçoit qu’il y a toujours quelque chose qui mérite attention, voire considération chez l’autre…
7-Préciser l’enjeu. Dire ce que l’on attend d’un entretien d’entrée de jeu permet de clarifier le pourquoi on est là…Plutôt que de tourner autour de l’objectif attendu, et bien on l’annonce. Cela permet d’aller à l’essentiel.
8-Donner une échéance. C’est dire l’importance accordée à un sujet. C’est estimer le temps nécessaire à une réflexion avant de décider, c’est dire le temps que l’on va consacrer à une action…C’est s’obliger à considérer le temps comme un élément important pour arriver à un objectif…
9-Exprimer les bénéfices. Toute action produit des effets et si possible des bénéfices pour chacun. Mettre en évidence les intérêts d’une action, c’est en souligner l’importance et donner prise à l’appréciation d’un ensemble…
10-Faire confiance. C’est considérer l’autre ! Lui donner l’occasion de se révéler, de s’engager, de s’impliquer. C’est une façon de conforter son leadership et de décupler sa propre efficacité et estime de soi ! Lire d’urgence « la confiance en soi » de Charles Pépin, éditions Hallary
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.